Un mot de Corinne Lienhard

Je me nomme Corinne Lienhard (à droite sur la photo) et je suis une finissante de l’école internationale Rive-Nord à Bois-des-Filion. J’ai décidé de dédier mon projet personnel, projet qui nous permet d’être diplômés de l’international, à une cause qui me tient à coeur : l’éducation à l’échelle mondiale. En défilant mon fil d’actualité Facebook, j’ai aperçu une demande de matériel recyclé de l’organisme FENDLI. J’ai sauté sur l’occasion pour leur proposer un partenariat. Par la suite, j’ai rencontré toutes les classes des écoles Val-des-Ormes, Hubert-Maisonneuve et l’Aquarelle pour solliciter leur contribution. En somme, j’ai fait appel à plus de 1000 personnes pour constituer ce don. Après un an de travail assidu pour la réussite de mon projet personnel, je remets maintenant cette collecte de matériel recyclé qui supporte également un enjeu environnemental. Je dois ce grand succès à de bons amis, Yan-Alexandre Giguère, Roxane Lachaîne, Jacob Mandanici, Éliane Lavallée, Nathan Giguère, Samuel Cousineau et Mohammed Sdiki, qui m’ont aidé à classer et préparer le matériel. Je suis immensément fière de remettre tout ce matériel à FENDLI et j’espère sincèrement que ce don offrira de meilleures conditions d’apprentissage aux jeunes du village Notre-Dame-de-Lourdes.

Merci infiniment, Mme Robillard et l’équipe FENDLI, de m’avoir épaulée dans la réalisation de mon projet. C’est grâce aux gens comme vous que le futur de notre monde brille d’espoir.

Corinne Lienhard

Aidez-nous à ce qu’elle garde son magnifique sourire

Chers amis de FENDLI  Village pour enfants Notre-Dame-de-Lourdes,

Un mot pour vous donner des nouvelles d’Haïti au milieu de tous ces troubles qui secouent le pays depuis deux semaines.

Depuis le week-end, la situation est plus calme, la vie reprend, plusieurs commerces et banques ont rouvert leurs portes, certaines écoles et collèges également, mais de nombreux haïtiens n’osent toujours pas sortir de la maison, craignant un regain de violence.

Car rien n’est réglé. Le président Jovenel Moïse s’accroche au pouvoir et n’a fait que des concessions minimes à l’opposition et au peuple. D’ailleurs, l’opposition soutient la révolte du peuple.

La gourde (monnaie d’Haïti) est fortement dévaluée, ce qui rend la vie encore plus chère dans ce pays où le revenu moyen per capita est de 3 dollars par jour. Haïti est une véritable bombe à retardement.

J’ai parlé à la directrice du Village NDL, Maud Laurent, ce matin. Elle a pu faire quelques courses hier pour acheter des aliments, mais elle demeure très inquiète. Les écoles fréquentées par les grands sont toujours fermées. De sorte qu’ils restent au foyer et, même si le Village NDL est à quelques kilomètres des quartiers chauds, sortir dans la rue n’est pas sécuritaire.

Dans ces circonstances, nous faisons plus que jamais appel à votre générosité.
Devenez parrain ou marraine des enfants du  Village Notre-Dame-de-Lourdes ou faites un don à la mesure de vos moyens.

pp_cc_mark_111x69

 

Simon Durivage, porte-parole de FENDLI

 

Des nouvelles de Maud Laurent, directrice du Foyer NDL

Chers amis, chers collaborateurs,

Comme sollicité je vous fais suivre les informations au niveau socio-politique du pays, d’Haïti. Présentement, nous faisons face à un éclatement social qui débouche sur une crise économique et politique terrible.

Depuis près d’un mois, l’inflation crée une situation de frustration dans le pays, la dévaluation de la gourde face au dollar US fait grimper le coût des produits de première nécessité. Depuis près d’une semaine, nous avons assisté à des manifestations violentes, des scènes de pillage, des barricades enflammées, érigées dans tous les coins du pays qui nous ont empêché de vaquer à nos occupations.

Nous faisons face à une pénurie de carburant, absence d’électricité, de gaz propane, fermeture des supermarchés, d’où une absence sur le marché des produits suivants: fruits, légumes, viandes, vivres alimentaires et autres pour répondre aux besoins des enfants du foyer. Si cette situation dure encore plus longtemps, nous risquerons de faire face à une famine sans nom.

Je profite pour vous faire part de notre situation catastrophique!

Merci pour votre support désintéressé et votre solidarité témoignée en faveur des enfants et des jeunes du foyer.

Marie Maud Ernest Laurent
Directrice du Foyer Notre-Dame-de-Lourdes

Un message de Simon Durivage

Chers amis de FENDLI et du Village Notre-Dame-de-Lourdes

Un mot pour vous donner quelques nouvelles de ce qui se passe au Village au milieu des troubles politiques qui secouent Haïti depuis deux semaines. Je viens de parler à Maud Laurent, notre courageuse directrice du Village et voici ce qu’elle m’a dit.

En premier lieu, jusqu’à maintenant, les enfants et le foyer sont en sécurité. Deux ou trois mendiants sont venus demander à manger, mais il n’y a eu aucune attaque contre les lieux mêmes. 

Cela dit, la vie n’est pas facile. Pour obtenir des fruits et des légumes, Maud doit payer des gens qui prennent le risque d’aller en acheter, car tout est bloqué à Croix-des-Bouquets. Donc, la nourriture est plus rare et… plus chère. D’autant plus que ces troubles ont eu pour effet de dévaluer considérablement la Gourde, la devise haïtienne.

Toutes les écoles et universités sont fermées depuis deux semaines. Les grands doivent donc rester toute la journée au foyer. Heureusement, deux bénévoles québécoises sont là pour trois semaines et elles aident Maud à encadrer et occuper les enfants.

Hier, le président s’est adressé à la nation et il a affirmé qu’il ne démissionnerait pas comme le demande la majorité de la population. Il a l’appui des américains qui insistent pour qu’il tienne bon. Mais la révolte des deux dernières semaines est pas mal plus sérieuse, semble-t-il, que les manifestations de juillet dernier qui avaient duré une semaine. C’est dans toutes les villes du pays qu’il y a de la casse et de la violence, pas seulement à PAP.

Voilà pourquoi les huit bénévoles de FENDLI, dont notre présidente France et moi-même, qui devions aller au Village NDL ces prochains jours avons décidé de reporter notre séjour en mars, en autant que la situation ne se détériore pas. Espérons-le.

Cela dit, rien ne nous empêche d’envoyer de l’argent à Maud dès que les banques rouvriront et si nous pouvons compter sur un petit élan de votre générosité, nos enfants l’apprécieraient assurément.  Vous pouvez faire votre don directement sur notre site web ou par e-transfer à paiement@fendli.org

N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook également!

Simon Durivage

porte-parole de FENDLI